Skip to content

Guide du storytelling en recrutement pour améliorer tes approches candidats – Partie 1.

Storytelling

**Cet article a été partagé en primeur dans les Nouvelles du Recrutement que j’envoie par email chaque Jeudi et auxquelles tu peux t’inscrire plus bas ou en cliquant ici.**

Ça devrait t’intéresser si tu t’es déjà senti découragé parce que tes approches ne donnaient pas de bons résultats ou que tu t’es toujours demandé comment initier de belles conversations avec tes bassins de candidats, passifs ou actifs. 


👉  Bon, commençons par la base : c’est quoi, le Storytelling ?

Je vais te donner une explication volontairement très simpliste, parce que c’est un concept bien plus universel que la définition que je vais lier au recrutement.
   

Le Storytelling, c’est l’art de raconter une histoire.
L’art des mots, finalement. 
  


Attention – je ne parle évidemment pas de revisiter Le Roi Lion 🦁 avec ton futur candidat. Bien que, si ça te tente, qui suis-je pour t’en empêcher ? Je parle plutôt de créer des liens. Initier une discussion. Créer une relation.


✨  Et, surtout, susciter une émotion. ✨


👉  C’est bien beau ces histoires d’émotions, mais c’est quoi l’objectif ?

Objectif vs conséquence.


Ton état d’esprit pour t’épanouir dans l’utilisation du Storytelling doit complètement changer.   Si je te demande quel est l’objectif derrière ton message d’approche actuel, tu vas me répondre « générer une entrevue avec le candidat », ou « avoir son numéro de téléphone ».  En fait… dans 80% des cas en Storytelling, on ne mentionne même pas une seule fois le poste pour lequel on recrute. 🤯  


Ton objectif va devoir se tourner vers quelque chose qui va ressembler à : « marquer son esprit », « que cette personne se souvienne de moi », « créer un lien ».  
Ou encore, tout simplement, générer une réponse et de la curiosité. Tout ne se joue plus sur une seule action mais sur une succession de moments clés. 
Quand je dis « réponse », je ne veux pas dire « oui je suis intéressée par ton poste » (parce que, rappelle toi, on ne parle même pas du poste, à la base.).  
Ton indicateur de succès se base sur le fait que si le candidat a pris le temps de te répondre, c’est qu’il a jugé que ton message méritait qu’il prenne quelques minutes de son temps pour t’écrire. Et que, donc, il s’est senti concerné/touché par ton approche. 

« Parler de ton poste » ne doit plus être l’objectif mais bien la conséquence de tes activités.


👉  Mais alors, si tu ne parles pas du poste, tu parles de quoi ?

De tout, sauf de toi.

Bon, j’exagère. Tu vas parler de toi, mais de manière déguisée. En fait, tu dois pouvoir trouver un ou plusieurs points d’ancrage ⚓  avec le candidat.
Et pour faire ça tu dois mettre ta casquette de détective. 🕵️‍♀️  Regarde ses dernières activités sur LinkedIn, analyse son profil et les indices qu’il contient, jette un oeil à vos connexions/entreprises communes, survole son parcours … et sers toi d’un ou plusieurs de ces sujets pour lancer une discussion.


Il a « liké » une publication sur un outil ?
⚓  C’est un point d’ancrage.
Il a répondu à un commentaire de quelqu’un que tu connais ?
⚓  C’est un point d’ancrage. 
Il a voyagé dans un pays d’Europe ?
⚓  C’est un point d’ancrage.
Il a indiqué qu’il s’intéressait à « Tesla » ? 
⚓  C’est un point d’ancrage. 


Ces points d’ancrage sont tous des prétextes à initier une discussion et à créer un lien de confiance (« safe space« ) avec ton candidat.  Ils sont là pour susciter une émotion : tu peux le rendre curieux, touché, flatté, concerné, tiraillé… Tu peux même décider de toucher une émotion « négative » (si tu t’inclus dans cette frustration). Plus tu trouves de points d’ancrage qui sont directement reliés au domaine de compétences de ton poste ou de ta compagnie, plus tu maximises la valeur du contenu de votre future conversation. Et ça va surtout te permettre d’instaurer une crédibilité aux yeux du candidat.  


Tu parles à une vendeuse ?
⚓   Parle lui du dernier CRM sur le marché et demande lui son avis dessus.
Tu parles à une développeuse ?
⚓  Demande lui si la dernière version du framework xx lui a posé problème – ou demande lui son avis sur la pratique DevOps en entreprise. 
Tu parles à une recruteure ?
⚓   Demande lui ce qu’elle pense de la mise en place de KPI pour mesurer la diversité au sein de son processus.    


Le Storytelling te donnera d’excellents résultats s’il est fait avec une intention claire de ta part qui te permettra de guider la conversation sans jamais la subir. Chaque mot échangé est une opportunité pour toi de découvrir ton candidat dans un contexte naturel (vs formel) et de commencer à évaluer tout un tas de points en rapport avec ton futur poste. Ça peut être autant sa curiosité/veille technologique, son orthographe, sa capacité à créer des liens, sa connaissance d’une expertise, son ouverture d’esprit…

Bref : on ne fait pas du storytelling innocemment et pour jaser de la météo 😇.  

👉  Analogie du jour, bonjour.

Je vais finir cette introduction avec une analogie plus générale. J’aime bien les analogies, le mot sonne bien pi je trouve que ça marque l’imaginaire (#je-te-fais-du-storytelling-drette-la).   


Mettons que j’entre dans un bar/resto. 🍹
Que je vois une personne qui m’intéresse. 🤩
Et que je décide que mon objectif c’est d’avoir une « date » avec cette personne la. 😎  
Si je me lance comme ça :
« Salut, j’ai vraiment une belle opportunité à te proposer – je suis à la recherche d’une personne dynamique et polyvalente.  J’aime beaucoup ce que je vois de toi – est-ce que tu peux me donner ton numéro pour discuter ? »…


…. Il y a de bonnes chances pour que ça donne ça :   


Pas le meilleur résultat, on s’entend. Mon objectif devrait être de découvrir cette personne pour dévoiler des points d’ancrage et rebondir dessus pour « créer une histoire » (et susciter l’émotion ✨).


Et la « date » en question ne serait plus mon objectif mais bien la conséquence de mes actions et de notre discussion. 
Ça pourrait donc donner quelque chose comme :

– Je lui demande si elle est du coin.
– Elle me répond qu’elle habite juste à côté de l’aréna.
– Je lui dis que justement je m’y entraine deux fois par semaine au soccer.
– Elle me dit qu’elle aime entendre les matchs de son balcon.
– Je rebondis sur le dernier match diffusé pour voir sa réaction.
– Elle surenchérit en me disant qu’elle a vu l’équipe jouer sur place, en Italie.
– Je lui dis que je suis allé à Rome il y a 4 ans.
– Elle me dit qu’elle adore voyager.


Et là, tout d’un coup, 403 portes/points d’ancrage se sont dévoilés et on est capables de discuter en pleine confiance et sans pression. ✅

Et on augmente clairement les chances que ça s’en aille vers ça : 

Attention :
Je ne présume pas que la discussion va forcément mener à une « date » à 100%.

Par contre, je peux affirmer que j’ai évité le risque de me heurter à une porte fermée en pleine face et que j’ai augmenté significativement mes chances en utilisant cette approche. 
Ma dynamique est passée de l’offensive à l’écoute.
J’ai suscité de l’empathie et créé de la curiosité.
 
Et c’est ça, le Storytelling.
Créer une narration qui suscite de l’émotion pour passer à l’action.

👉 En conclusion


Le Storytelling n’est pas une science exacte puisque c’est une science qui se base sur l’humain. Et l’humain, par définition, c’est imprévisible. 🤷‍♀️
Mais plus tu pratiques cette approche, plus tu vas avoir de la facilité à créer des liens.
Et plus tu vas aimer ça 🙂


Dans un prochain article je vais partager des messages d’approches réels – tsé, dans la vraie vie plutôt que dans un bar issu d’une analogie tout droit sortie de mon imaginaire.
Pi aussi parce que, bon, si je fais une partie 1, il faut une partie 2.


🔥🔥 Bonus – « Si t’es game » :
Envoie moi un exemple de message d’approche sur LinkedIn que tu aimes utiliser comme si j’étais une candidate. Il n’y a rien de mieux que la pratique pour se lancer et je te promets une rétroaction constructive, sans jugements, et avec le sourire !

Tu aimes cet article ?

🙏 Merci, déjà.
Pi ensuite : si tu veux lire d’autres articles comme celui-ci, j’en rédige dans mon infolettre que j’envoie chaque jeudi.
Parfois, je les retranscris sur le blog. PARFOIS.
Faque si tu ne veux rien manquer, inscris-toi.
Si t’aimes les GIFs et les blagues douteuses, tu devrais être servi.e.
Mais surtout, si t’aimes le recrutement dans son ensemble, là alors je suis sûre que ça va te plaire.

Partagez

Share on linkedin
Share on facebook
Share on email
Charlene Brahim Square

Rédigé par : Charlène Brahim

Mon truc, c’est le recrutement, l’attraction de talents, le storytelling pi… l’humain. Dans son ensemble.
Je peux certainement t’aider sur tes enjeux en recrutement, ou à trouver comment :
➛ définir un persona candidat et y attacher une stratégie de recrutement.
➛ passer d’un recrutement réactif à un recrutement proactif.
➛ rédiger un message d’approche personnalisé en utilisant le storytelling.
➛ rédiger une description de poste qui donne envie sans y mettre (trop) de paillettes.
➛ diagnostiquer son processus au profit d’une meilleure expérience candidat (et vélocité).
➛ réussir un bon café sans avoir de matériel à 3000$ sur le comptoir (ça, c’est moi qui demande).

Connecte-toi avec moi sur LinkedIn – j’y suis un peu plus formelle, mais toujours naturelle.

Vous aimerez aussi...

**Cet article a été partagé en primeur dans les Nouvelles du Recrutement que j’envoie par email chaque Jeudi et auxquelles [...]

**Cet article accompagne nos différentes publications sur notre nouvelle identité visuelle et creuse plus en détails le pourquoi du comment [...]

Qu’est-ce que le benchmark candidat? Aujourd’hui, je veux te partager une de nos méthodes de travail préférées qui nous permet [...]

Besoin d'améliorer tes approches candidats, ou de rendre ton descriptif de poste plus attractif ?